suivre l’équipe de France par temps de Covid-19, le parcours du combattant des supporters des Bleus



N’importe quel supporter français vous le dira : « C’est un peu galère », de suivre l’équipe de France durant cet Euro 2021 à cause de l’épidémie de Covid-19. Alors que les Bleus affrontent l’Allemagne mardi15 juin, Aurélien et Valérie font « ce qu’il faut faire » pour y être car « on est motivés, on a vraiment envie d’être là ». Pour assister à un match, les supporters  des dizaines de mails envoyés par l’UEFA, puis ils doivent remplir toutes les formalités administratives pour rentrer en Allemagne. Il faut aussi passer des tests PCR et antigéniques. 

Thierry, qui habite Lyon, a dû passer trois tests en trois jours : « Il faut un PCR de moins de 72 heures pour entrer en territoire allemand », explique-t-il. « Je suis arrivé à mon hôtel il y a moins d’une heure et le directeur m’a dit : ‘Non, non, ce n’est pas valable, il nous faut un test de moins de 24 heures.’ Donc, j’ai dû chercher en urgence un test à côté de mon hôtel. Heureusement, j’en ai trouvé un, à 29 euros quand même … Et jour du match, rebelote. En plus il faut arriver trois heures avant. J’ai un créneau horaire entre 18h et 18h30 et si je dépasse, je ne pourrais plus rentrer au stade. »

« Il faut montrer patte blanche, sinon vous restez dehors. »

Pour ceux qui voudraient suivre tous les matches de l’équipe de France, l’organisation devient encore plus complexe. C’est le cas de Victor qui est vacciné. Il est allé au stade pour récupérer son bracelet qui l’exonère de test antigénique. Cependant, pour le prochain match à Budapest en Hongrie, son vaccin ne lui offre pas la même possibilité. « C‘est compliqué parce que ça change d’un pays à un autre : il y en a qui acceptent le vaccin, d’autres qui n’acceptent pas », reconnaît-il. « C’est comme depuis un an en fait : dès qu’on veut faire quelque chose, tout est compliqué. Mais on fait avec, on s’adapte en fonction du pays. Et puis si à la fin, on soulève le trophée, ça nous suffit. On s’en fout du reste. »

Dernier détail : en cas de demi-finale et de finale à Londres, les supporters devront subir une quarantaine de cinq jours, obligatoire pour se rendre en Grande-Bretagne. Malgré tout, certains passionnés sont prêts à tout « supporter » pour l’équipe de France.



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *