quatre questions sur le vaccin Janssen, dont l’efficacité est surveillée



Le vaccin Janssen, qui devait protéger contre le Covid-19 grâce à une seule injection et qui utilise une technologie à vecteur viral est mis en cause par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dans son dernier rapport. Quelles sont les conséquences de ces observations alors que des « investigations supplémentaires » vont être menées ? 

1 Que dit le rapport de l’ANSM ?

Lundi 13 septembre, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) relève qu' »un nombre important de cas d’échec du vaccin Janssen a été rapporté, avec notamment des formes graves (décès, réanimation) ainsi qu’une surreprésentation des patients vaccinés par Janssen en réanimation dans deux CHU« , à Marseille et Tours.

Dans le détail, l’ANSM a recensé 32 cas d’infection au Covid-19 parmi le million de personnes de plus de 55 ans qui ont reçu leur unique dose de Janssen depuis le 24 avril dernier (date à laquelle il a reçu le feu vert de l’Agence européenne du médicament). Sur ces 32 cas, 29 présentaient des formes graves de la maladies (des personnes âgées de 73 à 87 ans) et 4 sont décédés. L’ANSM précise aussi que ces patients présentaient « majoritairement des comorbidités à risque de forme grave« . Le comité de suivi du vaccin Janssen considère « qu’il s’agit d’un signal potentiel et que les investigations se poursuivent« .

2Pourquoi la deuxième dose est fortement recommandée pour lutter contre les formes graves ?

Déjà, le 23 août dernier, la Haute autorité de santé (HAS) alertait sur la baisse d’efficacité des vaccins, dont le Janssen, sur le long terme et en particulier face au variant Delta. Pour y répondre, la HAS recommandait une campagne de rappel vaccinal chez les personnes complètement vaccinées de 65 ans et plus, ainsi que pour toutes les personnes présentant des comorbidités.

A l’origine, l’efficacité de la dose unique du vaccin Janssen était évaluée à 66,9% sur les formes modérées à graves de Covid-19, contre 91% pour les vaccins Pfizer et Moderna. Mais les dernières données de l’ANSM confirment la baisse d’efficacité du vaccin Janssen face au variant Delta et c’est pourquoi la direction générale de la santé (DGS) a tenu à rappeler l’importance de cette campagne vaccinale de rappel pour les primo-vaccinés au Janssen.

3Quel deuxième vaccin est recommandé pour les primo-vaccinés au Janssen ?

La DGS confirme, mardi 14 septembre, que les personnes qui ont reçu leur unique dose de Janssen, devront recevoir un vaccin à ARNm en deuxième dose : Pfizer ou Moderna, donc. Il faudra attendre au minimum quatre semaines après sa première injection de Janssen pour recevoir sa deuxième dose.

La DGS précise aussi que le pass sanitaire des primo-vaccinés au Janssen restera valide avec ou sans rappel, mais elle recommande fortement aux plus de 65 ans, aux résidents d’Ehpad, aux personnes à risque et aux personnes séverement immunodéprimés de faire cette deuxième dose.

4Où en sont les livraisons de vaccins Janssen ?

Alors que les livraisons du vaccin Janssen étaient stoppées depuis le 4 juillet, elles ont repris cette semaine avec la livraison de 350 000 nouvelles doses. 

Depuis avril, la France avait déjà reçu 1,8 million de doses du vaccin Janssen, mais avec un taux d’utilisation de seulement 56%. Pour autant, la France devrait recevoir 30 millions de doses d’ici à la fin de l’année pour notamment augmenter le volume de dons à Covax. L’accord avec Covax et Janssen est en négocation depuis plusieurs mois et devrait aboutir en octobre. En attendant, les doses continueront d’être utilisées dans le cadre de la campagne vaccinale ou données directement à d’autres pays, comme ce fut le cas en juillet dernier avec l’envoi de 500 000 doses à la Tunisie.



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *