l’inquiétude autour des femmes enceintes contaminées



Publié


Mis à jour

Durée de la vidéo : 4 min.

Covid-19 : l'inquiétude autour des femmes enceintes malades
France 2

Article rédigé par

J. Lonchampt, F. Daireaux, L. Lavieille, D. Mascret

France 2


France Télévisions

À l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), 18 patients atteints du Covid-19 sont en réanimation, dont trois femmes enceintes.

À l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), dans une chambre du service de réanimation, les équipes médicales scrutent une patiente atteinte du Covid-19 avec attention. Cette femme intubée a été placée sous coma artificiel. Elle est arrivée enceinte deux jours plus tôt. Mais son ventre n’est plus arrondi, et cette malade ne le sait pas encore. Pour optimiser ses chances de survie contre le virus, les soignants l’ont opérée : une césarienne a été effectuée pour extraire son bébé. 

« Pour améliorer sa respiration, on a dû la césariser. Elle était à 28 semaines d’aménorrhées, donc le bébé était viable, il a pu être sauvé. Le fait de césariser la patiente, ça fait qu’il y a moins de pression dans le ventre, donc au niveau pulmonaire, c’est plus facile pour respirer », explique la docteure Mathilde Azzi, médecin réanimatrice au centre hospitalier de Saint-Denis. Le service de réanimation reçoit de plus en plus de femmes enceintes hospitalisées pour Covid ; une dizaine depuis février, contre une seule lors de la première vague. Les soignants n’ont pas d’explication, mais l’hypothèse privilégiée est celle d’un variant britannique plus agressif. Ainsi, les malades seraient plus jeunes et développeraient des formes plus graves.


Alors, comment explique l’augmentation du risque d’hospitalisation des femmes enceintes atteintes du Covid-19 ? « Il y a plusieurs explications avancées par le collège national des gynécologues obstétriciens français. Première explication : le système immunitaire pendant la grossesse est diminué (…), la deuxième explication est plutôt liée au système cardiovasculaire : le cœur a un travail supplémentaire à fournir, et il y a un risque, déjà avec la grossesse, de thrombose, qui a augmenté au troisième trimestre, donc avec le Covid, on sait aussi que ce risque est augmenté », précise le médecin et journaliste Damien Mascret sur le plateau du 20 Heures, jeudi 8 avril. La pression de l’utérus sur les poumons est une autre explication. 



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *