les pharmaciens « sont prêts », assure leur syndicat, la charge de travail sera absorbée « au fur et à mesure »



« Les pharmacies sont prêtes » à administrer la dose de rappel du vaccin contre le Covid-19 à tous les adultes, car « les personnes éligibles viendront au fil de l’eau », au bout des six mois de délai, a expliqué mercredi 24 novembre sur franceinfo Gilles Bonnefond, porte-parole de l’Union syndicale des pharmaciens d’officine, même s’il demande aux pouvoirs publics des renforts afin de répondre aux demandes croissantes des patients.

franceinfo : Les pharmacies sont-elles prêtes à l’élargissement probable de la dose de rappel à tous les adultes ?

Gilles Bonnefond : Nous sommes prêts, organisés. Aujourd’hui, pharmaciens, médecins, infirmiers, absorbent environ la moitié des vaccinations. Et parmi elles, les pharmaciens font à peu près 60 % de ces vaccinations, les médecins 30 % et les infirmiers 10 %. L’avantage, en pharmacie, est que les préparateurs sont autorisés à vacciner. Et puis, nous sommes à peu près cinq personnes, en moyenne, dans toutes les pharmacies. On arrive à répartir, dans nos équipes, ce travail supplémentaire de vaccination et de dépistage.

Vous n’aurez pas besoin de renforts, d’effectifs supplémentaires ?

On demande aux pouvoirs publics de nous aider, de faire en sorte que les étudiants puissent venir vacciner en dehors de leurs heures de formation. On essaie de demander également aux pouvoirs publics l’autorisation de pouvoir embaucher des infirmières, qui peuvent venir donner un coup de main aux officines. Mais pour l’instant, nous n’avons pas cette autorisation.

Avez-vous toutes les doses nécessaires en stock aujourd’hui ?

C’est le gros avantage, par rapport au mois dernier, en octobre. On a maintenant suffisamment de doses. Le vaccin Pfizer est désormais livré à la médecine et aux pharmacies de ville. Du coup, on n’a plus besoin de gérer les doses, de limiter les rendez-vous parce qu’on n’avait pas assez de vaccins. Maintenant, c’est beaucoup plus facile à organiser. De temps en temps, on vaccine même des personnes pas encore éligibles, puisque quand il nous reste des doses, on ne va pas les gaspiller. On répond à des demandes et on anticipe un petit peu sur les décisions de l’exécutif. Car on sait très bien que cette dose est efficace pour les patients.

À quel moment les personnes qui ont déjà été contaminées par le Covid devront faire leur dose de rappel ? Elles n’ont eu qu’une dose de vaccin, parfois aucune.

Il faut attendre six mois après la dernière injection, ou six mois après l’infection. Il faut respecter le timing. C’est pour cela d’ailleurs que si le gouvernement annonce que tous les adultes doivent avoir une dose de rappel, de toute manière, ils viendront au fil de l’eau. Puisque la majorité a été vaccinée cet été. On pourra absorber cette charge de travail au fur et à mesure.



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *