L’épidémie de Covid 19 progresse à Nice, menace de couvre-feu dans la ville


D’après les autorités, la ville de Nice et la préfecture des Alpes-Maritimes, le taux de positivité et le nombre d’hospitalisations Covid marquent une progression alarmante de l’épidémie. Nice s’approche du seuil d’alerte maximale, ce qui pourrait entraîner l’application d’un couvre-feu.

Nice sera-t-elle la 9ème métropole qui subira un couvre-feu ? Les autorités ont lancé l’alerte hier soir via un communiqué : « les chiffres transmis par l’Agence Régionale de Santé (ARS) sur le taux d’incidence, le taux de positivité et le nombre d’hospitalisations Covid marquent une progression alarmante de l’épidémie et s’approchent du seuil d’alerte maximale susceptible d’entraîner l’application d’un couvre-feu. »
 

« Patrouilles conjointes »

Par conséquent, « face à une progression alarmante des taux de positivité », la ville de Nice et la Préfecture des Alpes-Maritimes ont demandé aux forces de l’ordre d’opérer des « patrouilles conjointes » dans les établissements ouverts au public afin de contrôler le respect des gestes barrière et « d’être sans concession envers tous les établissements qui ne les respecteraient pas. » Ce qui provoquerait ainsi l’application à Nice des mêmes conséquences qu’à Marseille, le couvre-feu. Les autorités préviennent : contrôles et verbalisations ont commencé dès ce samedi soir et pourront aller jusqu’à la fermeture immédiate des établissements.
 

A Nice, les policiers ont contrôlé les mesures de distance sociale dans les restaurants et sur les terrasses.

A Nice, les policiers ont contrôlé les mesures de distance sociale dans les restaurants et sur les terrasses.

© Frédéric Cerulli – FTV

 

Une vingtaine de PV a été dressée pour non-port du masque

Résultat, depuis hier soir, 35 établissements ont été contrôlés. Il y a eu des rappels à l’ordre pour 75% d’entre eux pour l’absence de tenue de registre à l’entrée du restaurant. Une mesure devenue obligatoire, mais peu de restaurateurs le savent. Une vingtaine de PV a été dressée pour non-port du masque. Trois personnes ont été interpelées pour refus de porter le masque. Les contrôles se sont déroulés samedi soir cours Saleya. Il y en aura d’autres ce dimanche soir à la Libération, quai des Etats-Unis et à nouveau cours Saleya.

Chiffres de l’ARS et bulletins quotidiens

Le département des Alpes-Maritimes se situe déjà en zone d’alerte renforcée. Le maire de Nice, Christian Estrosi et le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez s’appuient sur les chiffres transmis toutes les semaines par l’ARS ainsi que des bulletins quotidiens. Dans le dernier rapport en date du 14 octobre, le taux de positivité est passé de 8,1% à 10,5 %. L’ARS précise que ce taux est en augmentation pour toutes les classes d’âge. Le taux d’incidence atteint désormais 163 pour 100.000 habitants, contre 121 pour 100.000 habitants la semaine dernière (semaine 40). 

Des clusters dans le milieu professionnel, scolaire et universitaire

Le nombre d’hospitalisations pour cas de Covid est aussi en hausse, ainsi que les admissions en réanimation. Activité en hausse également pour les services des urgences et des associations SOS Médecins. Les clusters se trouvent actuellement dans le milieu professionnel, le milieu scolaire et universitaire. 

La Préfecture des Alpes-Maritimes et la ville de Nice rappellent qu’en l’absence de traitement, la meilleure des protections est de respecter les mesures barrières et la distanciation sociale : 

  • Port du masque sur l’espace public et les lieux ouverts au public
  • Respect d’un mètre de distance dans les lieux ouverts au public
  • Se laver régulièrement les mains
  • Tousser ou éternuer dans un mouchoir ou son coude
  • Utiliser un mouchoir à usage unique
  • Saluer sans se serrer la main et éviter les embrassades

Dans le Vaucluse également, la situation se dégrade rapidement. Le préfet a prévenu : « Nous pourrions en Vaucluse connaître très rapidement un couvre-feu ». De nouvelles mesures sont mises en places dès ce samedi dans le Vaucluse pour enrayer la propagation du Covid-19, qui progresse fortement dans le département. Il a évoqué la possibilité d’un couvre-feu d’ici 15 jours si la situation se détériorait.



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *