« Le virus ne va pas s’arrêter de circuler le samedi et le dimanche », dénonce une infectiologue


Véronique Mondain, infectiologue au CHU de Nice, réagit lundi sur franceinfo à la mise en place à Nice d’un couvre-feu local les deux prochains week-ends, ainsi que la fermeture des commerces de plus de 5 000 mètres carrés.

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 2 min.

La situation sanitaire liée au coronavirus Covid-19 de Nice inquiète le gouvernement. Le préfet des Alpes-Maritimes a notamment annoncé la mise en place d’un couvre-feu local les deux prochains week-ends, ainsi que la fermeture des commerces de plus de 5 000 mètres carrés et des contrôles renforcés aux frontières. « La notion de confinement de week-end n’existe pas, le virus ne va pas s’arrêter de circuler le samedi et le dimanche », réagit lundi sur franceinfo Véronique Mondain, infectiologue au CHU de Nice.

franceinfo : Les mesures annoncées sont-elles suffisantes ?

Véronique Mondain : Les services de médecine et de réanimation sont quasiment pleins depuis plusieurs semaines. Nous aurions aimé proposer un certain nombre de choses, mais le Conseil scientifique dont je fais partie n’a pas été sollicité par rapport à ces mesures qui viennent d’être annoncées par le préfet. Les mesures que nous proposions ne sont pas celles qui ont été retenues. Par rapport aux mesures qui viennent d’être prises je suis un peu dans le questionnement car la notion de confinement de week-end n’existe pas, le virus ne va pas s’arrêter de circuler le samedi et le dimanche. C’est quelque chose qui pose question. On aurait pu s’intéresser à des phénomènes différents.

Qu’auriez-vous souhaité ?

La mise en cercle fermé de notre département, pas un confinement. Il faut protéger nos ressortissants, sans les frustrer et leur faire subir des choses qui sont très arbitraires. Ce n’est pas en se baladant sur la Promenade des Anglais qu’on attrape le virus. Notre région est particulièrement exposée, il aurait fallu limiter vraiment les allers et venues. Pourquoi faire en sorte que des personnes viennent se contaminer et surtout que d’autres aillent essaimer le virus ? Je sais que tout cela est complexe mais parfois il faut assouplir les procédés de façon à ce qu’on mette une population en sécurité. Là c’est un peu du en même temps. On laisse les gens venir mais en même temps ils n’ont pas le droit de sortir.

Que pensez-vous des tests aléatoires dans les vols aériens ?

Cela n’a aucun sens. Cela fait des semaines et des mois que dans certains aéroports toutes les personnes sont testées. Est-ce que vous pouvez m’expliquer pourquoi ça n’est pas encore le cas dans la cinquième ville de France ? Je ne comprends pas.



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *