Le Secours populaire demande l’arrêt de la numérisation « à marche forcée » des services publics


Plus de deux cents démarches administratives « essentielles à la vie quotidienne des Français » sont désormais numérisées. 

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

« Attention, ce n’est pas par les ordinateurs que vous allez résoudre les problèmes des gens. » La secrétaire générale du Secours populaire, Henriette Steinberg, a demandé au gouvernement, mardi 12 octobre, « d’arrêter » la numérisation des services publics « à marche forcée ». Sinon, « les gens vont aller vers la catastrophe en klaxonnant », a-t-elle prévenu sur le plateau de France 2.

« Il faut de l’humanité, la puissance publique a la capacité de le faire, surtout si elle dit qu’elle a la volonté de le faire », a-t-elle ajouté, regrettant que certaines populations, non salariées, soient passées « sous les radars » du « quoi qu’il en coûte » instauré pendant la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19.

Début septembre, le ministère de la Transformation publique avait annoncé que 212 démarches administratives, sur les quelque 250 présentées comme « essentielles à la vie quotidienne des Français », étaient désormais numérisées, soit 30 de plus qu’en octobre 2020.

Pendant la crise sanitaire, ceux « qui n’avaient jamais rien demandé à personne (…) : le petit commerce, les indépendants, les toutes petites structures… » se sont « retrouvés avec rien du tout, et aucune connaissance de ce qu’il était possible de faire dans des situations pareilles ». Ces populations « ne pouvaient aller vers personne parce que les divers services sociaux étaient fermés », a encore décrit Henriette Steinberg.



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *