l’Afrique du Sud « techniquement » dans une 3e vague



L’Afrique du Sud est « techniquement » entrée dans une 3e vague de Covid-19, avec plus de 9 000 nouvelles contaminations recensées au cours des dernières 24 heures, a annoncé jeudi 10 juin l’Institut national sud-africain des maladies transmissibles (NICD). Avec un nombre moyen élevé de nouvelles contaminations sur les sept derniers jours, « l’Afrique du Sud est techniquement entrée dans la 3e vague aujourd’hui », a indiqué sur Twitter le NICD, qui recense quotidiennement les chiffres de la pandémie.

(L’Afrique du Sud est techniquement entrée aujourd’hui dans la 3e vague, car l’incidence nationale moyenne sur 7 jours (5 959 cas) dépasse désormais le seuil de la nouvelle vague tel que défini par le Comité consultatif ministériel)

Officiellement pays du continent le plus touché par le virus, l’Afrique du Sud, durement frappée par une 2e vague fin 2020, culminant aux alentours de 10 000 nouveaux cas par jour, redoute depuis plusieurs semaines cette annonce. Quatre des neuf provinces du pays, dont celle du Gauteng, qui englobe Johannesburg ainsi que la capitale Pretoria, étaient déjà considérées fin mai comme touchées par la 3e vague. L’Afrique du Sud compte désormais plus de 1,7 million de cas pour 57 410 décès, dont 100 survenus au cours des dernières 24 heures. Avec l’Egypte, la Tunisie, l’Ouganda et la Zambie, le pays représente près des trois quarts des nouveaux cas enregistrés sur toute l’Afrique, qui s’approche des cinq millions de cas, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé fin mai un retour à des mesures plus strictes : allongement du couvre-feu, fermeture des commerces non essentiels à 22h et limitation plus sévère des rassemblements.

En retard par rapport au reste du monde, l’Afrique du Sud n’a vacciné qu’un peu plus de 1% de sa population, alors que l’objectif fixé par l’OMS est de vacciner 10% de la population de chaque pays d’ici septembre.

Largement critiqué pour avoir tardé à se lancer dans la course mondiale à l’acquisition des précieux vaccins, le gouvernement affirme avoir acheté assez de doses pour au moins 45 des quelque 59 millions de Sud-Africains. Cyril Ramaphosa a plusieurs fois dénoncé un « apartheid vaccinal » favorisant les pays riches pour l’accès aux vaccins. L’Afrique du Sud et l’Inde mènent une campagne pour une renonciation aux droits de propriété intellectuelle sur les vaccins contre le coronavirus, afin que chaque pays puisse produire des doses. 

Seulement 2% des 1,3 milliard d’habitants du continent ont reçu une dose et seuls 9,4 millions d’Africains sont entièrement vaccinés, selon l’OMS qui estime les besoins immédiats à 250 millions de doses et lance un appel international. « Alors que nous nous approchons des cinq millions de cas et qu’une troisième vague se profile, beaucoup des nôtres parmi les plus vulnérables restent dangereusement exposés au Covid-19. Il a été montré que les vaccins permettent d’éviter des cas et d’empêcher les décès, c’est pourquoi les pays qui le peuvent doivent partager en urgence des vaccins contre le Covid-19. L’Afrique a désespérément besoin de ce partage de doses », insiste Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique. 





Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *