la France fait face à une « situation très différente de celle du Danemark », affirme Julien Denormandie



« À ce stade, je ne peux pas vous dire comment cette situation est arrivée », admet sur franceinfo dimanche 22 novembre le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, alors que la France fait face à un premier cas de contamination au Covid-19 dans l’un de ses quatre élevages de visons, en Eure-et-Loir.

>> Suivez les dernières informations sur l’épidémie de Covid-19 dans notre Direct

« Toutes les mesures sanitaires, et de biosécurité, sont prises », assure-t-il, précisant que la France fait face à une « situation très différente de celle du Danemark« , où une version mutante du coronavirus a été détectée dans des élevages début novembre. Une découverte qui a pour conséquence l’abattage de plus de 15 millions d’animaux. « En France, nous n’avons que 20 000 visons, dans quatre élevages. Nous les suivons au cas par cas avec une très grande précision », poursuit Julien Denormandie.

« La protection de nos concitoyens nous impose de prendre ces mesures sanitaires », justifie-t-il au sujet de l’abattage des 1 000 visons de l’élevage contaminé. Les éleveurs seront « évidemment indemnisés pour les pertes qu’ils subissent », précise Julien Denormandie. Le ministère attend toujours les résultats des analyses pour deux élevages français, et les résultats du séquençage du virus détecté dans l’élevage contaminé pour déterminer si une mutation du Covid-19 a eu lieu.



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *