la Belgique réserve le vaccin AstraZeneca aux plus de 55 ans, l’Italie et l’Espagne aux plus de 60 ans


Ces annonces font suite aux conclusions de l’Agence européenne des médicaments (EMA) mercredi, confirmant « un lien possible » entre le vaccin anglo-suédois et des cas de thromboses très rares. 

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

Des mesures de précaution après les conclusions de l’Agence européenne des médicaments (EMA), mercredi 7 avril. La Belgique a décidé de réserver l’utilisation du vaccin AstraZeneca aux plus de 55 ans, tandis que l’Espagne et l’Italie vont l’administrer aux plus de 60 ans, ont annoncé ces trois pays européens mercredi, à la suite de la confirmation d’un « lien possible » entre le vaccin et des cas très rares de thromboses. 

« Sur la base d’avis scientifiques récents, les ministres belges de la Santé ont décidé de remplacer (le vaccin) AstraZeneca par d’autres vaccins pour les personnes âgées de 18 à 55 ans ; pour les personnes de 56 ans et plus, tous les vaccins continueront d’être administrés », ont indiqué dans un communiqué les autorités sanitaires belges.

« Nous continuerons à administrer le vaccin d’AstraZeneca, mais à partir de 60 ans », a de son côté annoncé la ministre espagnole de la Santé, Caroline Darias, ajoutant que l’Espagne « va étudier » son élagissement « pour les personnes entre 65 et 80 ans ». En Italie, il a été décidé « de recommander l’utilisation de préférence aux personnes âgées de plus de 60 ans », a déclaré le conseiller scientifique du gouvernement italien, Franco Locatelli. 

S’il confirme ce « lien possible » entre le vaccin AstraZeneca et ces cas rares de thromboses, le régulateur européen a cependant affirmé que les bénéfices du vaccin l’emportent sur les risques, et qu’aucun facteur de risque spécifique comme l’âge n’avait été identifié.

La commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, a appelé mercredi les membres de l’UE à se coordonner et à « parler d’une seule voix » sur le vaccin, afin de ne pas nourrir la défiance. 



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *