gendarmes et policiers multiplient les contrôles


Dans neuf métropoles, le couvre-feu a pris effet dès samedi 17 octobre, 21 heures. Dans les régions concernées, 12 000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour faire respecter le couvre-feu. À Lille (Nord), tolérance zéro pour un jeune de 23 ans qui circulait à 21h15 : « Je suis arrivé dix minutes en retard, un quart d’heure, c’est le premier soir. Je veux bien mais on n’est pas des robots. » Il est sanctionné de 135 euros d’amende. Pour un gérant d’un restaurant, le traitement n’est pas le même. Son attestation n’est pas remplie mais le motif est valable ; les policiers font de la pédagogie.

Démonstration de force à Marseille (Bouches-du-Rhône), où 260 policiers sont déployés sur toute la métropole. Le préfet veut frapper fort : « Une immense partie de la population respecte le confinement. Nous devons à ceux qui le respectent, que ceux qui ne le respectent pas soient sanctionnés« , explique Christophe Mirmand, préfet de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Aux abords du vieux port, les contrôles des automobilistes se multiplient. Quatre passagers se trouvent dans une voiture, à plus de 22h30. Les propos du conducteur ne vont pas convaincre les gendarmes. « Je pensais que ça devait commencer ce soir à minuit« , explique-t-il. Toutefois, dans l’ensemble, la mesure est respectée.

Le JT

Les autres sujets du JT



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *