flambée de l’épidémie dans les Deux-Sèvres


La situation se tend dans les Deux-Sèvres. Dans l’unité Covid de l’hôpital de Niort, une femme de 81 ans, l’une des dernières patientes admises, doit être hospitalisée. Sur les 26 lits disponibles, 23 sont désormais occupés par des malades atteints du Covid-19. « Nous sommes en augmentation avec de nouveau des patients qui ont été admis en réanimation alors que nous n’en avions pas eu pendant les semaines qui précédaient les fêtes », commente le Dr. Simon Sunder, chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital de Niort.

Dans le département, le taux de contaminations pour 100 000 habitants est passé de 168 début janvier à 238 la semaine dernière, soit une augmentation de près 40%. Les zones rurales sont les plus touchées. « On ne sait pas trop quoi en penser, on sait que c’est la pandémie, mais on se dit ‘bon, ce n’est pas très grave’« , confie un habitant de Parthenay, tandis qu’un autre admet « un petit relâchement » le soir du 31 décembre. « On détecte qu’en milieu de campagne, les populations ont moins conscience que ça les concerne aussi », éclaircit Laurent Flament, le directeur de l’ARS des Deux-Sèvres. Le préfet a annoncé durcir le ton et renforcer les contrôles de police afin de faire respecter les gestes arrière.



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *