En Gironde, un officier de gendarmerie relevé de son commandement pour refus de vaccination


Le fonctionnaire a été sanctionné de dix jours d’arrêté puis muté à Paris « sur un poste où il n’est plus en contact avec le public ».

Article rédigé par


Publié

Temps de lecture : 1 min.

Sanction immédiate. Un chef d’escadron commandant la compagnie de gendarmerie de Langon (Gironde) a été relevé de son commandement opérationnel et muté « sur un poste » sans « contact avec le public » pour un refus de vaccination contre le Covid-19, indique vendredi 3 décembre la gendarmerie à l’AFP. 

A la tête d’un effectif de 150 gendarmes, cet officier supérieur de 32 ans a été d’abord sanctionné de dix jours d’arrêt puis muté vers la Direction générale de la gendarmerie à Paris, « sur un poste où il n’est plus en contact avec le public » a indiqué la gendarmerie en Gironde, confirmant une information du journal Sud Ouest. Cette sanction liée à un refus de vaccination est « un événement rare » dans la gendarmerie car celle-ci est « peu confrontée au problème », a ajouté la même source.

Depuis le 15 septembre, les gendarmes affectés sur le terrain ou au contact du public doivent être complètement vaccinés contre le Covid-19, selon une note de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) consultée par l’AFP. Selon Sud Ouest, une nouvelle cheffe d’escadron de la compagnie de Langon a été nommée et prendra ses fonctions début janvier.



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *