des personnes nouvellement précaires dans le Loir-et-Cher


Il y a trois ans, Claire, architecte d’intérieur, a changé de vie : elle a racheté et restauré une ancienne ferme dans le Loir-et-Cher pour y accueillir des mariages ou des séminaires. Mais sa reconversion professionnelle a été immédiatement percutée par le Covid-19. « Tout le début du printemps jusqu’au mois de juillet, il n’y a pas eu d’activité du tout alors que le calendrier était plein. De 22 évènements, il en est resté neuf« , déplore-t-elle dans l’édition du 20 Heures du dimanche 18 octobre. Sans revenus suffisants pour rembourser l’emprunt immobilier et payer les charges de la propriété, elle a dû se résoudre à demander le RSA. 

Dans le Loir-et-Cher, de plus en plus de personnes ont été fragilisées par la crise. Le nombre de bénéficiaires du RSA a bondi de 10% en un an. Au Secours populaire, les conséquences de la crise sont bien visibles : dans un des entrepôt, les stocks ont fondu. Chaque semaine, l’association aide 3 000 personnes contre 500 l’an dernier. 



Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *