comment les Madrilènes avaient appris à vivre sans Sergio Ramos ?



Après plus d’un mois d’absence à cause d’une blessure musculaire, Sergio Ramos fait son retour dans le groupe du Real Madrid pour affronter Chelsea, lors de la demi-finale retour de la Ligue des champions, mercredi 5 mai. 

Ça a pris du temps, mais il est enfin de retour. Alors qu’il fait plus parler de lui dans la presse pour sa possible prolongation de contrat, le défenseur espagnol va pouvoir rechausser les crampons et montrer qu’il est toujours au niveau. Surtout que, pour une fois, en l’absence de son capitaine, le Real Madrid n’a pas tangué. Et ce, grâce à la fiabilité des remplaçants.

Pour évoquer les hommes forts du Real Madrid, les spécialistes ciblent souvent, et à juste titre, la vieille garde madrilène, Karim Benzema, Luka Modric et Toni Kroos. Et pourtant, Eder Militao et Nacho ne cessent d’impressionner ces dernières semaines. En effet, en l’absence de Sergio Ramos, blessé, et de Raphaël Varane, touché par le Covid-19, la paire a brillé. À la surprise générale, le Brésilien et l’Espagnol ont sorti trois grandes performances contre Liverpool en quarts de finale de Ligue des champions (3-1, 0-0) et lors du Clasico, (2-1). Solide défensivement, bon dans les duels et dans la relance, le binôme a montré que, même sans son capitaine, il savait tenir la baraque. « Militao et moi, nous sommes au niveau pour jouer des matchs comme celui de ce soir« , avait expliqué Nacho, après la qualification de son club face à Liverpool.

Outre la polyvalence connue de Nacho, Zinédine Zidane a pu compter sur l’explosion d’Eder Militao. Acheté à prix d’or (environ 50 millions d’euros) en 2019, le Brésilien n’avait jamais vraiment eu sa chance au Real Madrid. Abonné au banc de touche, l’ancien joueur du FC Porto a convaincu lors de ses titularisations et s’est offert le luxe d’inscrire le but qui a délivré les siens contre Osasuna (2-0), le 1er mai dernier. Le jeune défenseur brésilien a su reprendre les codes de son illustre aîné et capitaine, très souvent décisif dans les grands matchs.

Ce serait malhonnête de dire qu’avec le capitaine du Real Madrid, Zinédine Zidane restait dans son confort et ne tentait pas des innovations tactiques. Mais en l’absence de l’Espagnol, le technicien français a souvent changé son assise défensive. En effet, lors des sept derniers matchs, le natif de Marseille a changé sa défense.. sept fois ! Pour ce faire, et avec un nombre de blessés croissant, le coach tricolore a fait appel à neuf joueurs différents, dont Federico Valverde, milieu de terrain de formation qui a joué latéral droit, et Victor Chust, qui évolue généralement avec le Castilla, équipe réserve du Real Madrid.

« Chust a fait un grand match. Les canteranos répondent toujours présent et ils ont un bel avenir. Je suis content pour eux« , s’est enthousiasmé le coach français, après le match nul face à Getafe (0-0). Avec le retour de Sergio Ramos, Zinédine Zidane devrait retrouver une certaine stabilité dans ses onzes de départ. 

Si le FC Barcelone est un club à la culture du jeu spécifique, le Real Madrid, quant à lui, est régi par des figures. De Juanito, en passant par Butragueno, Raúl ou Sergio Ramos actuellement, le club espagnol a toujours mis des visages sur ses succès et fait appel à eux dans les moments difficiles. Cette dépendance à l’icône se traduit aussi par les chiffres. En effet, avant d’affronter l’Atalanta Bergame, le 24 février dernier, en huitièmes de finale de la Ligue des champions, le bilan des Merengues sans Sergio Ramos ne faisait pas rêver : sans l’Espagnol, la Maison Blanche avait perdu huit fois, sur ses 10 derniers matchs de Ligue des champions.

Depuis, le Real Madrid s’est rattrapé en remportant trois de ses cinq dernières rencontres dans les matchs à élimination directe de la plus prestigieuse des compétitions européennes. Il faut dire que les hommes de Zinédine Zidane n’avaient pas le choix. Sevrés brutalement, ils ont dû faire sans leur capitaine pendant 26 matchs cette saison. Une situation quasi-inédite tant le capitaine madrilène se blesse rarement. En effet, lors de la saison 2019-2020, le défenseur espagnol avait raté une seule rencontre en Liga, pour cause de blessure. 

Sans l’Espagnol, les Merengues ont su se mobiliser et ont remporté sept rencontres sur onze toutes compétitions confondues. L’occasion de montrer qu’ils savent outrepasser la figure de l’icône. 





Source France Info

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *